Les 07 psaumes de délivrance

Les prières des psaumes sont très efficaces. Voilà pourquoi durant chaque messe, il y a toujours la lecture d’un psaume.

Certains psaumes évoquent particulièrement la délivrance. Il te permet de mettre ta confiance en Dieu, qui seul a le dernier mot dans ta vie. Tu peux les utiliser afin de briser les chaines de l’ennemi, les obstacles que l’on a mis sur ton chemin, les blocages ainsi que le mauvais œil contre toi.

Une personne qui prie les psaumes

Les sept psaumes de délivrance sont traditionnellement considérés comme :

  1. Psaume 3 : Ce psaume affirme la confiance en Dieu pour la délivrance et la protection.
  2. Psaume 12 : Ce psaume exprime la confiance en l’amour de Dieu qui est source de délivrance.
  3. Psaume 27 : Ce psaume exprime un cri vers Dieu qui ne reste pas insensible aux supplications de ces amis.
  4. Psaume 43 : Ce psaume exprime une supplication vers Dieu afin qu’il hâte notre délivrance.
  5. Psaume 69 : Ce psaume exprime une confiance en Dieu libérateur de ceux qui sont pauvres et malheureux.
  6. Psaume 78 : Cri avec ce psaume des persécutions afin que le Seigneur t’aide.
  7. Psaume 82 : Ce psaume est une supplication vers Dieu qui anéanti les forces du mal

Il ne faut pas prier ces psaumes avec un esprit de vengeance ou d’agressivité, mais plutôt avec paix et douceur. Prends juste un psaume. Avant de commencer, demande pardon à Dieu pour tes péchés et pardonne tous ceux qui t’ont offensé.

Psaume 3

Seigneur, qu’ils sont nombreux mes adversaires, nombreux à se lever contre moi,

nombreux à déclarer à mon sujet : « Pour lui, pas de salut auprès de Dieu ! »

Mais toi, Seigneur, mon bouclier, ma gloire, tu tiens haute ma tête.

A pleine voix je crie vers le Seigneur ; il me répond de sa montagne sainte.

Et moi, je me couche et je dors ; je m’éveille : le Seigneur est mon soutien.

Je ne crains pas ce peuple nombreux qui me cerne et s’avance contre moi.

Lève-toi, Seigneur ! Sauve-moi, mon Dieu ! Tous mes ennemis, tu les frappes à la mâchoire ; les méchants, tu leur brises les dents.

Du Seigneur vient le salut ; vienne ta bénédiction sur ton peuple !

Psaume 12

Combien de temps, Seigneur, vas-tu m’oublier, combien de temps, me cacher ton visage ?

Combien de temps aurai-je l’âme en peine et le coeur attristé chaque jour ? * Combien de temps mon ennemi sera-t-il le plus fort ?

Regarde, réponds-moi, Seigneur mon Dieu ! * Donne la lumière à mes yeux, garde-moi du sommeil de la mort ;

que l’adversaire ne crie pas : « Victoire ! » que l’ennemi n’ait pas la joie de ma défaite !

Moi, je prends appui sur ton amour ; + que mon coeur ait la joie de ton salut ! Je chanterai le Seigneur pour le bien qu’il m’a fait.

Psaume 27

Seigneur, mon rocher, c’est toi que j’appelle : + ne reste pas sans me répondre, * car si tu gardais le silence, je m’en irais, moi aussi, vers la tombe.

Entends la voix de ma prière quand je crie vers toi, * quand j’élève les mains vers le Saint des Saints !

Ne me traîne pas chez les impies, chez les hommes criminels ; * à leurs voisins ils parlent de paix quand le mal est dans leur coeur.

[Traite-les d’après leurs actes et selon leurs méfaits ; * traite-les d’après leurs oeuvres, rends-leur ce qu’ils méritent.

Ils n’ont compris ni l’action du Seigneur ni l’oeuvre de ses mains ; * que Dieu les renverse et jamais ne les relève !]

Béni soit le Seigneur qui entend la voix de ma prière !

Le Seigneur est ma force et mon rempart ; à lui, mon coeur fait confiance : il m’a guéri, ma chair a refleuri, mes chants lui rendent grâce.

Le Seigneur est la force de son peuple, le refuge et le salut de son messie.

Sauve ton peuple, bénis ton héritage, veille sur lui, porte-le toujours.

Psaume 43

Dieu, nous avons entendu dire, + et nos pères nous ont raconté, * quelle action tu accomplis de leur temps, aux jours d’autrefois.

Toi, par ta main, tu as dépossédé les nations, + et ils purent s’implanter ; * et tu as malmené des peuplades, et ils purent s’étendre.

Ce n’était pas leur épée qui possédait le pays, + ni leur bras qui les rendait vainqueurs, * mais ta droite et ton bras, et la lumière de ta face, car tu les aimais.

Toi, Dieu, tu es mon roi, * tu décides des victoires de Jacob :

avec toi, nous battions nos ennemis ; par ton nom, nous écrasions nos adversaires.

Ce n’est pas sur mon arme que je compte, ni sur mon épée, pour la victoire.

Tu nous as donné de vaincre l’adversaire, tu as couvert notre ennemi de honte.

Dieu était notre louange, tout le jour : sans cesse nous rendions grâce à ton nom.

Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes, tu ne sors plus avec nos armées.

Tu nous fais plier devant l’adversaire, et nos ennemis emportent le butin.

Tu nous traites en bétail de boucherie, tu nous disperses parmi les nations.

Tu vends ton peuple à vil prix, sans que tu gagnes à ce marché.

Tu nous exposes aux sarcasmes des voisins, aux rires, aux moqueries de l’entourage.

Tu fais de nous la fable des nations ; les étrangers haussent les épaules.

Tout le jour, ma déchéance est devant moi, la honte couvre mon visage,

sous les sarcasmes et les cris de blasphème, sous les yeux de l’ennemi qui se venge.

Tout cela est venu sur nous sans que nous t’ayons oublié : nous n’avions pas trahi ton alliance.

Notre coeur ne s’était pas détourné et nos pieds n’avaient pas quitté ton chemin

quand tu nous poussais au milieu des chacals et nous couvrais de l’ombre de la mort.

Si nous avions oublié le nom de notre Dieu, tendu les mains vers un dieu étranger,

Dieu ne l’eût-il pas découvert, lui qui connaît le fond des coeurs ?

C’est pour toi qu’on nous massacre sans arrêt, qu’on nous traite en bétail d’abattoir.

Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? Lève-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours.

Pourquoi détourner ta face, oublier notre malheur, notre misère ?

Oui, nous mordons la poussière, notre ventre colle à la terre.

Debout ! Viens à notre aide ! Rachète-nous, au nom de ton amour.

Psaume 69

Mon Dieu, viens me délivrer ; Seigneur, viens vite à mon secours ! *

Qu’ils soient humiliés, déshonorés, ceux qui s’en prennent à ma vie ! Qu’ils reculent, couverts de honte, ceux qui cherchent mon malheur ; *

que l’humiliation les écrase, ceux qui me disent : « C’est bien fait ! »

Mais tu seras l’allégresse et la joie de tous ceux qui te cherchent ; * toujours ils rediront : « Dieu est grand ! » ceux qui aiment ton salut.

Je suis pauvre et malheureux, mon Dieu, viens vite ! * Tu es mon secours, mon libérateur : Seigneur, ne tarde pas !

Psaume 78

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,* nous étions comme en rêve !

Alors notre bouche était pleine de rires, nous poussions des cris de joie ; + alors on disait parmi les nations : « Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! » *

Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs, comme les torrents au désert.

Qui sème dans les larmes moissonne dans la joie : +

il s’en va, il s’en va en pleurant, il jette la semence ; * il s’en vient, il s’en vient dans la joie, il rapporte les gerbes.

Psaume 82

Dieu, ne garde pas le silence, ne sois pas immobile et muet.

Vois tes ennemis qui grondent, tes adversaires qui lèvent la tête.

Contre ton peuple, ils trament un complot, ils intriguent contre les tiens.

Ils disent : « Venez ! retranchons-les des nations : que soit oublié le nom d’Israël ! »

Oui, tous ensemble ils intriguent ; ils ont fait alliance contre toi,

ceux d’Édom et d’Ismaël, ceux de Moab et d’Agar ;

Guébal, Ammon, Amalec, la Philistie, avec les gens de Tyr ;

même Assour s’est joint à eux pour appuyer les fils de Loth.

Traite-les comme tu fis de Madian, de Sissera et Yabin au torrent de Qissôn :

ils ont été anéantis à Enn-Dor, ils ont servi de fumier pour la terre.

Supprime leurs chefs comme Oreb et Zéèb, tous leurs princes, comme Zéba et Salmuna,

eux qui disaient : « A nous, à nous le domaine de Dieu ! »

Dieu, rends-les pareils au brin de paille, à la graine qui tourbillonne dans le vent.

Comme un feu dévore la forêt, comme une flamme embrase les montagnes, *

oui, poursuis-les de tes ouragans, et que tes orages les épouvantent !

Que leur front soit marqué d’infamie, et qu’ils cherchent ton nom, Seigneur !

Frappés pour toujours d’épouvante et de honte, qu’ils périssent, déshonorés !

Et qu’ils le sachent : + toi seul, tu as pour nom Le Seigneur, le Très-Haut sur toute la terre !

Jésus t’aime telle que tu es. Découvre la profondeur de son amour avec l’APP CAJ MÉDITATION 

Source:
https://hozana.org/priere/guerison/delivrance/psaumes
https://www.aelf.org/bible

Laisse un témoignage / commentaire.